KIPIK, l’obsession de Thomas Ballion, président de KIPIK

KIPIK, l’obsession de Thomas Ballion, président de KIPIK

Comment décrire Thomas Ballion? Honnête, entêté, obsédé même. Français d’origine, Réunionnais dans l’âme, Montréalais d’adoption. Nomade, libre, un peu rebelle. Fidèle à ceux qu’il aime. Attaché aux traditions, mais visionnaire à la fois. À preuve, en 2016, il risque le tout pour le tout. Il décide de commercialiser la sauce qu’il aime tant ; cette sauce qu’il a appelé KIPIK et qui se décline en 4 variétés — La Classik, la Douce, la Mango et la Grenade Explosive.

Une idée qui vient de loin

Originaire de Saint-Médard-en-Jalles non loin de Bordeaux en France, il découvre les parfums du rougail piment par le biais de son ami d’enfance dont le père est originaire de l’Île de la Réunion.

« J’en mangeais plus que ses enfants », dit-il avec humour. « Avec mon ami, quand on rentrait des clubs, on se faisait des sandwichs avec cette sauce, qui traditionnellement est servie avec du poisson et des plats en sauce. Mais honnêtement, on peut en mettre partout : sur les pizzas, les œufs, la viande, bref l’utiliser comme un condiment ou même cuisiner avec! » de dire Thomas Baillon.

Devenir entrepreneur

Ayant quitté l’école assez tôt pour parcourir le monde — ses parents nomades lui ayant transmis cet appétit pour les voyages — il décide enfin de poser ses pénates à Montréal après 6 ans passés à découvrir de nouveaux horizons. Une fois qu’il a été établi, il a fait goûter sa sauce à son entourage.

« La réaction était immédiate : “Wow elle est malade ta sauce!” J’ai su d’instinct que je tenais quelque chose. En bon passionné épicurien, j’ai décidé de me lancer dans la commercialisation de la sauce KIPIK avec mon ancien partenaire, Pascal Sicigniano. »

Les deux ex-associés ont ainsi commencé à cuisiner dans leur temps libre grâce à la générosité d’une amie restauratrice qui n’a pas hésité à leur permettre d’utiliser ses installations. Ils ont par la suite effectué des dizaines de démarches — très réussies — pour faire parler de leur sauce dans la presse. Ils ont enchainé les marchés publics pour faire connaître leur produit. Ils ont participé à plusieurs événements, festivals et foires gourmandes. Ils ont même eu l’audace de participer à l’émission Les Dragons diffusée à Radio-Canada.

« Ça prend du front tout le tour de la tête comme disent les Québécois. Il faut foncer, croire en son produit et ne jamais lâcher. C’est un travail acharné 7 jours sur 7. Il existe différentes sauces piquantes sur le marché, mais nous proposons avec un produit différent qui n’a rien à voir avec les autres sauces piquantes. Notre produit fait à base d’ingrédients crus, 100 % frais » de dire Thomas Ballion.

Rigueur, rigueur, rigueur

Devenir entrepreneur, c’est un dur labeur qui s’apprend et se peaufine au jour le jour et au fil des expériences. Il faut aussi savoir s’organiser et se fixer des objectifs réalistes.

« Personnellement, je ne peux pas bien fonctionner sans dresser des listes pour établir mes priorités, et ce, pour chaque jour de la semaine. J’essaie d’être lucide afin de garder en tête mon objectif en fonction de l’évolution de KIPIK, du timing et du temps dont je dispose dans une journée. Je préfère être patient et tenace et me battre sur les bons terrains afin de poursuivre ma croisade pour réussir à faire connaître mes sauces au grand nombre de personnes possible. »

Thomas Ballion est convaincu qu’il ne faut jamais cesser d’apprendre. Que rien n’est figé ; que chaque jour, on se doit d’essayer de s’améliorer.

« Je me questionne sans cesse. Je demeure à l’écoute et je n’hésite pas à travailler ou retravailler un aspect ou un autre de mon entreprise pour la rendre encore plus compétitive, et plus productive. »

Des produits vendus en magasin et en ligne

Rapidement, les sauces KIPIK ont trouvé leur place sur les tablettes de certains supermarchés, boutiques et marchés publics.

« Notre produit est cru et artisanal. Pour l’instant, je veux le garder à échelle humaine. Nos sauces sont fabriquées dans une cuisine certifiée MAPAC. Nos clients peuvent s’approvisionner sur notre boutique en ligne ou via différents points de vente un peu partout au Québec. »


Article précédent Article suivant